1302012832_panoramamarches

Le voeu du Conseil de quartier des Halles pour redynamiser le marché alimentaire de la rue Montmartre adopté à l’unanimité du Conseil de Paris

Le Conseil de Paris vient d’adopter à l’unanimité sur proposition du Conseil du 1er arrondissement saisi par le conseil de quartier des halles le projet d’un marché alimentaire des Halles installé à la pointe saint Eustache.

Ce marché, dont le projet a été soutenu dès l’origine par notre association, renouera avec les traditions culinaires des halles et offrira huîtres à consommer à l’étal, andouillette, soupe à l’oignon, tête de veau …

Vœu du Conseil de quartier des Halles

pour réanimer le marché alimentaire découvert “Saint-Eustache-Les Halles”

Les membres du Conseil de quartier des Halles émettent le vœu que la Maire de Paris fasse expérimenter les mesures suivantes avant le (et dans la perspective du) renouvellement de la délégation du marché en 2019 :

  1. adapter l’offre commerciale du jeudi à la clientèle des actifs pressés et des touristes de passage, en renforçant l’offre de traiteurs, en ouvrant le marché à des “food-trucks” proposant des produits à la consommation sur place ou à emporter, en privilégiant notamment une offre dans l’esprit des traditions gastronomiques du quartier des Halles (soupe à l’oignon, tripes, huîtres, gibiers, vins, etc.) et des grandes tendances de la consommation (alimentation vegan, cuisines étrangères …), et en améliorant l’offre non alimentaire (par défaut) susceptible d’attirer les touristes, afin de mieux répondre aux attentes et aux besoins de la clientèle potentielle ;
  2. déplacer la tenue du marché le jeudi et le dimanche depuis la rue Montmartre vers le lieu-dit de la “pointe Saint-Eustache”, afin de gagner en visibilité et d’améliorer la bonne insertion locale du marché en mettant notamment un terme aux conflits de circulation et de concurrence générés par la présence du marché (rues Montmartre, Turbigo et Montorgueil) ;
  3. augmenter le nombre de commerçants abonnés et volants, afin d’améliorer à la fois l’offre et la visibilité du marché, en s’assurant toutefois de leur engagement les liant à une présence durable ;
  4. rebaptiser l’actuel “marché Saint-Eustache-Les Halles” en “marché des Halles”, afin de contribuer à mettre en avant la forte identité de marque des Halles et de son passé ;
  5. tenir régulièrement informés et associer à la prise de décision les membres du Conseil de quartier des Halles.

 

VOEU ADOPTÉ À L’UNANIMITÉ

 

IMG_3241

[AGENDA / ÉVÉNEMENT] 3ème vide-greniers de l’ADRAQH samedi 20 mai place Joachim du Bellay

L’A.D.R.A.Q.H organise son 3ème vide-greniers le samedi 20 mai 2017 de 9h à 18h30 place Joachim du Bellay, autour de la fontaine des Innocents

> Inscription les vendredi 5 mai de 18 à 20h et samedi 6 mai de 9 à 11h30, place Joachim du Bellay, sous les arcades entre le magasin Boulinier et le restaurant Pizza HUT

Se munir d’une photocopie :
– de la carte d’identité (recto/verso) ou du passeport
– d’un justificatif de domicile de moins de 3 mois
Prix des places pour un stand de 2,50 sur 1 m
15 €, 12 € pour les membres de l’association

IMG_4244

IMG_3241

1

Pour embellir et sécuriser le passage des Lingères, 1 seul clic suffit

POUR EMBELLIR ET SÉCURISER

LE PASSAGE DES LINGÈRES,

1 SEUL CLIC SUFFIT :

WWW.BUDGETPARTICIPATIF.PARIS

Du vendredi 16 septembre au dimanche 2 octobre, vous êtes invités à voter EN LIGNE sur les projets parisiens et d’arrondissement qui vous sont soumis dans le cadre du “Budget Participatif” de la Ville de Paris.

Pour le 1er arrondissement, le projet n°5 intitulé “Réaménager et sécuriser le passage des Lingères vous concerne très directement puisqu’il consiste à requalifier et végétaliser le passage entre la place Marguerite de Navarre et la rue Berger de sorte qu’il ne soit plus un “point noir” en termes d’insécurité et de souillures diverses. Lire la suite

5883983_7c9574ea-323d-11e6-b05b-014ca01bb93f-1_1000x625

« Les riverains des Halles réclament une compensation » (Le Parisien du 15/6/2016)

20160615_Le_Parisien_Les_riverains_des_Halles_reclament_compensation

http://www.leparisien.fr/paris-75/a-paris-les-riverains-des-halles-demandent-une-compensation-financiere-14-06-2016-5883983.php

« Nous, riverains du chantier des Halles (Ier), subissons depuis 2010 de nombreuses nuisances — sonores, olfactives et sanitaires — générées par les travaux de réaménagement conduits par la SemPariSeine pour le compte de la maire de Paris ». Ainsi commence la pétition rédigée par l’ADRAQH (association pour la défense des riverains et l’animation du quartier des Halles) et signée depuis un an par 570 habitants qui réclament, « en réparation du préjudice subi », l’exonération des taxes d’habitation et foncière au titre de l’année 2016.

Président de l’ADRAQH, Jacques Chavonnet qui habite le secteur depuis trente ans, évoque « la dégradation des conditions de vie autour du chantier, de très nombreux travaux ayant été réalisés de nuit et les week-ends, en violation des engagements pris ». L’inauguration de la canopée le 5 avril dernier ne met pas un terme au chantier qui doit se poursuivre dans la gare RER souterraine et dans le jardin, jusqu’au début 2018.

Le 9 juillet 2015, un courriel du cabinet de Jean-Louis Missika, adjoint à l’urbanisme, à l’architecture et au développement économique, a opposé une fin de non-recevoir à la requête de l’ADRAQH. Au motif que « le réaménagement des Halles est une opération d’intérêt général ayant fait l’objet d’une déclaration publique »,

p>Refusant de s’incliner, « 82 membres de l’ADRAQH ont adressé en janvier 2016 une lettre en recommandé à Anne Hidalgo, maire de Paris, pour réitérer leur demande », affirme Jacques Chavonnet. Un courrier resté sans réponse à ce jour.

5746663_08c06544-0bc2-11e6-b821-65380d57d89a-1_545x460_autocrop

« Paris : les riverains de la Canopée éblouis par l’effet de réverbération » (Philippe Baverel, dans Le Parisien du 27/4/16)

Dernier avatar en date de la canopée : trois semaines après son inauguration, l’impressionnant toit de verre installé à 14 m de hauteur au-dessus du forum des Halles (Ier), provoque un effet de réverbération qui indispose certains riverains. Au premier rang desquels plusieurs habitants de la rue Rambuteau dont les fenêtres des appartements exposés plein sud s’ouvrent sur la canopée, œuvre des architectes Patrick Berger et Jacques Anziutti. Lire la suite