Poème de confinement, avec Jean-François Frier

Troisième millénaire

1. Berceuse

Il y eût bien un peu du bleu du ciel pour notre espérance commune, où nous allions ensemble, homme et bêtes de l’homme, où nous irions tous deux, nonchalamment, n’étaient le virus et l’absence.

2. Calamité

Absence-absinthe, fée décatie penchée sur un berceau d’étoiles, voici tes cheveux blancs et voici tes yeux blancs.

Absence à toi-même absente, ivre et qui sonne creux, qu’est-ce au fond de l’étang que ce roi pustuleux et ses tambours muets ?

Nul fruit dans le verger, à la rivière aucun reflet, plus rien sinon, partout, le tien, vampire immarcescible.

3. Feu

Et puis voici le feu dans ta cathédrale, Marie !
Une bouffée de lumières versicolores irradie soudain des rosaces. Les tours gonflent de flammes. Puis quand la flèche en crépitant à son tour s’effondre, un peu d’éternité vient enchanter l’instant.

Les ombres allégres des gargouilles dansent sur le parvis un consternant sabbat d’ailes, de griffes, de volutes et soupirs.

4. Apocalypse

Forêts couchées aux vents, tueries par mes jardins secrets, monts déneigés et les savanes nues – partout Vivant tu croules en un pétillement d’atomes.

Plus transparente encore du froid dont elle s’est dessaisie, voici la femme-ancêtre, Ève ou Lucy, dont Nature procède. Et voici qu’elle s’en vient aujourd’hui pour éteindre nos siècles. Rose des monstres féminins, Rose des vents hurlants, Terre brûlante que les nombres détruisent.

5. Consolation

Cercle parfait qui va de ton âme à ton corps, rondeur de tes seins purs, anneaux ouverts de tes lèvres à l’hymen par les eaux finies du cosmos.

Stabat mater dolorosa; Marie pose tes yeux sur nous, je demande repos.

6. Espérance

Vit encore dans la crypte, tout pouilleux du virus, ce Roi de Rien que plus aucun jeu ne distraie.

Sa Reine est endormie, toute pulvérulente, mais voici les charmeurs de scorpions et chacun sait alors que nous vivrons ensemble, toi qui défait le souffle et nous qui te pensons, petit être sans âme.

Jean-François Frier
28 avril 2020

Jean-François Frier sur la margelle de la Fontaine des Innocents, place Joachim du Bellay

Erratum

Nous précisons à nos lecteurs qu’un texte rapidement mis en ligne car plutôt amusant dans notre contexte est bien sûr un pastiche de la prose de Mme Sévigné.

Nous tenons à nous excuser auprès de nos lecteurs pour ne pas avoir été plus précis sur son origine purement année 2020

Masques : informations municipales

Nous sommes nombreux à nous interroger sur le déconfinement et notamment sur la question du masque protecteur. L’ADRAQH a donc posé la question à la Mairie de Paris qui nous a répondu le 28 Avril :

« La Maire de Paris s’est engagée à distribuer un masque en tissu (lavable et réutilisable) à chaque Parisien. Les modalités de distribution ne sont pas encore connues. Les 500 000 premiers masques doivent arriver cette semaine. Ils seront donnés en priorité aux personnes âgées. Ils seront gratuits.

Depuis le lundi 27 avril, les pharmacies sont de nouveau autorisées à vendre des masques aux particuliers. Elles le font dans la limite de leurs stocks. Les prix sont libres. Le Gouvernement recommande un tarif entre 3 et 5 €.

Les masques vendus par les pharmacies ou donnés par la Ville de Paris sont certifiés par la norme AFNOR et conformes aux recommandation des autorités sanitaires.

Si le port du masque est fortement conseillé dans l’espace public et les lieux collectifs, il sera rendu obligatoire dans les transports en commun à compter du 11 mai. »